AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Took the words right out my mouth.•{Julien}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

mieux me connaître

Informations personnelles
Ce que j'ai sur moi:
Conséquences de mes actes:
infos de baseCélébrité : Richard Harmon Métier : Travaille au The stop and sleep motel
Messages : 58

MessageSujet: Took the words right out my mouth.•{Julien}   Sam 19 Nov - 22:04


   David & Julien

   Took the words right out my mouth.

   

   Il aurait dû s'en douter ... Prévoir que cela arriverai tôt ou tard avec tout ce qui se passe dans ce foutue monde ... Il ne pensait pas gêner qui que ce soit, il ne faisait que longer la ville pour se rendre en forêt, filmant surtout les arbres et non les maisons respectant la vie privée d'autrui. S'il avait su il ne se serait pas gêné ... Alors qu'il continuait sa ronde habituelle sans trop s'éloigner de la lisière des arbres, ce soir il ne voulait que s'aérer un peu sans vraiment chercher un quelque conque être surnaturel ... Quel ne fut pas sa surprise de voir la lumière aveuglante de gyrophare des voitures de polices ... Il ne lui était pas venue à l'esprit qu'il était le concerné jusqu'à ce que l'agent duc*n, franchement désagréable lui mit la lumière de sa lampe de poche dans les yeux.

"Monsieur posez ce que vous tenez dans votre main et mettez vos mains en l'air !!! Tout de suite" David n'arrive pas à se concentrer sur la demande avec cette foutue lumière qui lui brule la rétine ... C'est quoi le concept ?! Rendre le suspect aveugle  ? ça va vachement aider à répondre aux questions de perdre la vue tien ... Il laisse sa main devant son visage essayant de se protéger un maximum "C'est quoi votre convention d'aveuglement là ?! J'arrive même pas à me concentrer sur ce que vous baragouinez ..." Apparemment sa remarque ne plait guère a Duc*n  qui baisse enfin sa foutue lampe, mais vient vers lui et lui chope le poignet sans délicatesse, retire d'un geste vif le caméscope de sa main "Eh fait attention !!! Ca se trouve pas au coin de la rue ce modèle !" Mais il ne peut guère argumenter plus, le voilà face à un arbre, les bras tordue dans son dos "On joues les malin ?! Tu vas venir avec moi on poste, on verra si tu continus à te la jouer petit comique putin de pervers !" Quoi que comment ?! C'est une face c'est ça ?! On se fou de lui ... En un rien de temps il se retrouve sur la banquette arrière de la voiture de police, les poignets menottés ... Son précieux caméscope confisqué jusqu'à nouvel ordre "Vous pouvez au moins m'expliquer pourquoi cet abus de pouvoir qui sert surement à vous rassurer sur la taille de votre ..." "LA FERME ! Tu la ferme jusqu'au poste ou on va t'interroger sur tes petits films de voyeurs ..." David comprend bien vite que l'agent a le QI équivalent à celui d'une huitre en rute ... Un complexé qui se sent mieux garce au port de l'uniforme ... Il soupire et attend que tout ça se termine ... Il prit pour être interrogé par quelqu'un d'autre que cet abruti congénital ... Il est de plutôt mauvaise humeur ... Après un blabla interminable on le fou finalement en salle d'interrogatoire sans qu'on ne lui ai dit le pourquoi du parce que ... Il n'imagine pas un seul moment que c'est à cause de sa caméra et de ses expéditions.

Il attend un lloonngggg moment ... le tic tac de l'horloge le rend fou ... "Sérieux ?! c'est super cliché dans les séries de faire attendre le 'suspect'..." se dit il plus pour lui-même qu'autre chose ... il finit le front contre la table certainement peu hygiénique les bras tendues devant lui tapant en rythme sur la table, tel un petit garçon de dix ans impatient ... Il va s'exploser la tête sur cette table si personne ne vient ... Finalement, le verrou se fait entendre, il se redresse en soupirant, il est plutôt content de voir que ce n'est pas Duc*n qui entre ... En plus il est pas mal à regarder même si David n'a pas trop la tête à penser à ça ... Mais au moins la belle gueule du policer rend l'expérience un peu moins pénible ... Il coince son menton dans sa paume toujours aussi dépité "Vous allez me dire pourquoi je suis là à la fin ? Pas que je me plaigne hein, le commissariat est vraiment très jolie ... Mais j'ai autre chose à faire que d'admirer les fissures dans les murs ..."
AVENGEDINCHAINS
   

_________________
Oh, wait ... A stranger is watching
Ma grand-mère m'a dit qu'il ne faut pas essayer de définir le mal, parce que dès qu'on croit y être parvenu, une nouvelle forme de mal vous apparaît soudain et s'insinue dans vos pensées.©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

mieux me connaître

Informations personnelles
Ce que j'ai sur moi:
Conséquences de mes actes:
infos de baseCélébrité : Darren Criss Métier : Policier Messages : 20

MessageSujet: Re: Took the words right out my mouth.•{Julien}   Mer 23 Nov - 21:26

La nuit allait s'annoncer longue. Je suis de garde jusqu'à 6 heures du matin. Au vu du peu d'activités nocturnes de Blackwood Mountain, j'avais 8 heures devant moi pour me tourner les pouces. A se demander pourquoi on est deux à se coltiner cette veille. Comme la plupart de mes collègues, j'exécre le barbu James qui m'accompagne ce soir. Peu fin, ses conversations se limitent à des commentaires sexistes ou à des appréciations sur les matchs de football américain qui ont été joués ces derniers jours. Rien qui n'allume une once d'intérêt dans mon esprit, en conclusion. Quand la sonnerie du téléphone résonne, j'ai l'espoir fou d'un homicide, un crime assez dingue pour faire passer le temps plus rapidement. Les jambes croisées sur mon bureau, je me penche pour attraper le combiné du téléphone, et je réponds d'une voix claire :

« Commissariat de Black Moutain, bonsoir. Que puis-je faire pour vous ?
- Oh, bonsoir. Un homme louche rôde dans les environs depuis bien une demie-heure, une caméra dans la main. Il a l'air étrange... Je. Je ne sais pas. J'ai peur qu'il fasse des repérages pour un cambriolage, il filme notre rue. Et...
- Madame, parlez moi vite, je vous prie. Est-ce qu'il a importuné quelqu'un ? Est-il armé ?
- Je... Non, je ne crois pas. Il est juste là. Ce n'est pas la première fois que je le vois.
- Est-ce qu'il a posé problème dans le passé ?
- Pas vraiment... Mais je vous assure que je sens qu'il a quelque chose qui cloche ! Vous ne pouvez pas venir vérifier ?
- Non, Madame. On ne peut pas se déplacer pour si peu. Rappelez s'il devient dangereux, ou qu'il viole une loi. Bonne soirée. »

Quelle emmerdeuse. Je repose le combiné, et je soupire profondément. Encore une de ces mégères paranoïaques qui croient croiser un serial killer à chaque coin de rue. Comme si j'allais bouger mon cul pour attraper un gamin qui est, certainement, juste en train de filmer un vlog ou essayer d'espionner une voisine sexy. Je me retourne vers mon collègue qui m'interpelle, me demande des précisions sur l'appel et je hausse les épaules en signe que ça n'a absolument aucune importance. Nous ne sommes pas encore au terme de cette nuit, et de notre lassitude. Je m'apprête à aller mater une quelconque série sur mon pc, quand le téléphone retentit à nouveau. La même rengaine. Avec une pointe d'agacement, en plus.

« Commissariat de Black Moutain, bonsoir. Que puis-je faire pour vous ?
- Il se passe quelque chose d'étrange dans le quartier.
- Vous pouvez préciser, je vous prie ?
- Un homme avec une caméra se balade dans le coin. Ils effrayent mes gamines.
- Hm. Bon. Donnez moi votre adresse, la description de votre psychopathe, et je vous envoie quelqu'un. »

C'est avec un déplaisir désormais certain que je m'atèle à noter ses indications. Un appel passe bien, au deuxième, je me suis dit que je ne serais pas capable d'enchaîner ce cirque toute la soirée. Même si le bougre en question n'avait probablement rien à se reprocher, il fallait que cela cesse. Je finis par raccrocher, et j'interpelle James.

« Tiens, les péquenauds du coin n'arrêtent pas de se plaindre d'un gamin. Va vérifier ce qu'il fout, je t'ai noté les renseignements. Sois gentil, le bute pas. »

Il commence étrangement à rechigner, jusqu'à ce qu'il capte mon regard noir. Pas plus de négociations, il fout le camps. 20 minutes plus tard, il débarque... Avec notre suspect pas si inquiétant que je n'avais pu l'imaginer. A vrai dire, je n'avais pas vraiment cru aux racontars de ces deux commères de bas étage, mais là ? Il avait entre la vingtaine et la trentaine, plutôt rachitique dans son genre, les cheveux longs, et pâle comme un cul. C'était ça qui foutait la frousse au môme, sérieusement ?  Je le regarde passer alors que James l'embarque en salle d'interrogatoire. Je retourne vite à mes occupations du moment qui consistent à mater des filles lambdas sur un site de rencontre banal du 21ème siècle, jusqu'à ce que ce crétin débarque dans mon dos.

« Je l'ai foutu en salle d'interrogatoire. A toi de te le coltiner.
- Putain, mais à quel moment je t'ai dit de le ramener ? Je te demandais juste de lui faire foutre le camps. C'était trop compliqué pour ta petite cervelle ?
- J'm'en tape. Occupe toi en. Moi, j'en branle plus une. »

Je me lève d'un coup sec, lui lance un dernier regard glaçant, avant de le bousculer d'un coup d'épaule et je me dirige vers la machine à café. Je fouille dans mes poches, l'air mauvais, en tire quelques pièces et je me fais couler un café aussi noir que possible. Sans sucre. Je le récupère, pour filer là où m'attend ma destinée passionnante. L'heure de gloire de ma nuit. Je pousse d'un coup sec la porte, et m'aventure dans la pièce quand le brun m'interpelle déjà. J'en ai rien à branler de son temps d'attente, et lui signifie d'un radical :

« Ta gueule. Je te préviens, j'ai pas de temps à perdre. Et si mon collègue n'a sans doute pas été des plus sympathiques, crois moi qu'à côté de moi, c'est un joyeux luron. Alors, tu te la ramènes un peu moins, et tu me files ton nom, ta date de naissance, qu'est-ce que tu fous ici et pourquoi t'emmerdes le monde. Ah, et ton sexe aussi... C'est pas flagrant, comme ça, au premier coup d'oeil. Dis moi pas que t'es un trans, je voudrais pas me taper les procès d'une association LGBT à la con, au cas où j'arrangerais un peu ta sale gueule de petit merdeux. »

Je pose mon café sur un coin de table, appuie mes deux mains sur cette dernière et m'apprête à entendre sa voix toute tremblante. J'esquisse un sourire carnassier, à cette idée. A nous deux, mon grand. Tu vas devenir mon occupation. Tu vas voir, on va bien s'amuser entre deux coups et trois insultes.

_________________

« Des verres de vin, qui me donneraient l'air de vaincre,
Alors que j'perdrais mes moyens, face à ton regard divin,
Je souhaiterais te perdre dans le silence, si tes lèvres pouvaient mordre ma bouche,
Ou bien dans l'vin tu sais, dans l'or de sa vapeur rouge. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

mieux me connaître

Informations personnelles
Ce que j'ai sur moi:
Conséquences de mes actes:
infos de baseCélébrité : Richard Harmon Métier : Travaille au The stop and sleep motel
Messages : 58

MessageSujet: Re: Took the words right out my mouth.•{Julien}   Jeu 8 Déc - 16:39


  David & Julien

  Took the words right out my mouth.

 

  Ah bah super ... fallait qu'il tombe sur les deux ronchon du poste ... Il hausse un sourcil et en plus il tombe sur un homophobe intolérant ... C'est bien sa nuit ... D'ordinaire David les ignore ou s'il est avec un ami proche il lui roulera une pelle pour provoquer (mais là tout seul ça va être dur) et surtout il n'est pas aussi jouasse qu'à l'habitude, il a surtout envie de lui peter ses dents parfaites au policier grande gueule... "oh en fait ... Si j'en suis un et je suis prostitué aussi la prochaine fois que votre connerie vous aura fait retrouver en solitaire avec votre main gauche" dit il mimant l'acte de masturbation avec sa main "Venez me voir je vous ferais une promotion connard transphobe !" Il aurait mieux fait de serrer les dents et de se taire, mais David est imprévisible et ce soir il n'a pas envie de se laisser faire. Il fixe le policier un instant semblant plus que sérieux un instant avant de rire doucement trahissant alors son mensonge sur son sexe et sa profession. Il s'enfonce sur sa chaise nonchalamment, une jambe tendue sous la table ne tenant que grâce à l'appuie de son talon, l'autre jambe pliée bien appuyé sur le sol effectuant une pression pour soulever un peu les pieds avant de sa chaise le faisait se balancer d'avant en arrière, le regard dans le vide alors qu'il tente de ne pas entrer plus dans la provocation, ça ne mènerait à rien, tout ce qu'il veux c'est partir d'ici récupérer son caméscope, rentrer, prendre une douche, dormir puis appeler Carrie pour tout lui raconter demain matin. ça l'amusera surement vu la façon dont ils se sont rencontrés ... Il a le chic pour faire peur aux gens pendant qu'il est en foret ... , il n'est pas le plus dangereux de la ville, le plus farfelu peut être mais dans un combat avec ses petits muscles il n'irait pas bien loin, bien qu'il se bâterait comme un lion, ou plutôt un chaton nourrit au speed.

Il souffle regardant les magnifiques fissures sur le mur, sérieux un coup de peinture c'est si dur que ça ?! Avant de cesser la pression de sa jambe laissant les quatre pieds de la chaise toucher le sol, ramenant ses pieds entre eux, les croisant, joignant ses mains sur la table "Alors, pour passer aux choses sérieux en finir rapidement avec cette m*rde" dit il s'essuyant l'oeil négligemment prouvant qu'il ne prend nullement au sérieux Julien malgré les menaces de le frapper. "Identité David Reeves, né le 6 Mars 1991 embarqué ici sans explication alors que je me baladais en forêt et j'emmerde le monde parce que vous et votre collègues êtes de gros con obligé de bomber le torse pour compenser votre complexe sous la ceinture ! AH et homme aux dernières nouvelles, mais si vous voulez vérifier "il fait un moue haussant les épaules, Prendre un fucking bidon d'essence et le balancer sur le feu dite vous ? Il n'a pas cru aux menaces d'être frappé, peut être aurait il dut ... "Vous avez d'autres questions ? Ou on peut enfin cesser ce charmant "rendez-vous" pour que je rentre chez moi ?" Le rendez-vous et dis en français avec un accent plutôt correct, merci les séries internet qui lui ont appris quelques mots. Il soupire calant sa joue contre son poing fermé, il sent que la soirée va être bien longue ...
AVENGEDINCHAINS
 

_________________
Oh, wait ... A stranger is watching
Ma grand-mère m'a dit qu'il ne faut pas essayer de définir le mal, parce que dès qu'on croit y être parvenu, une nouvelle forme de mal vous apparaît soudain et s'insinue dans vos pensées.©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

mieux me connaître
infos de base

MessageSujet: Re: Took the words right out my mouth.•{Julien}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Took the words right out my mouth.•{Julien}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» What are words if you really don't mean them when you say them!
» You took my heart and you held it in your mouth.
» Kotonoha no Niwa (The Garden of Words)
» Reese-My feelings are too loud for words and too shy for the world.
» Julian Ҩ “My feelings are too loud for words and too shy for the world.”

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
υɴтιl dαwɴ™ ↠ cнαpιтre 1 :: Ville de Blackwood Mountains :: White wolf :: Police Station-