AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 stone cold. (matthew)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

mieux me connaître

Informations personnelles
Ce que j'ai sur moi:
Conséquences de mes actes:
infos de baseCélébrité : astrid berges-frisbey Métier : artiste peintre.
Messages : 336

MessageSujet: stone cold. (matthew)   Jeu 3 Nov - 11:11

Le bruit est assourdissant. Un grincement rauque et discontinu qui t’hérisse le poil. Tu fronces les sourcils, portant les mains devant ta bouche en signe d’incompréhension. « Oh non, non, non… » que tu murmures, tandis que tu te penches pour tenter de trouver une solution à ton problème. Ton vieux réfrigérateur est en fin de vie. Y’a qu’à entendre ses longs râles d’agonie pour le comprendre. Tu ne sais même plus depuis combien de temps tu le possèdes, vu qu’à la base c’était à tes parents. Il est vieux, c’est tout ce que tu sais. Et tu y tiens. Parce que de nos jours, les réfrigérateurs coûtent chers, et si tu pouvais éviter de faire un trou dans ton compte en banque, ça t’arrangerait. Aux vues des cris d’agonie du ventilateur du réfrigérateur, tu prends la lourde décision de mettre fin à ses souffrances en le débranchant de la prise électrique. Lentement, le bruit métallique s’estompe, jusqu’à ce qu’un silence pensant envahisse la pièce. Tu pousses un profond soupir de désespoir, avant d’attraper ton téléphone portable et de composer un de tes numéros favoris. « Chéri ? Excuse-moi de te déranger, mais j’ai une mauvaise nouvelle à t’annoncer. Le réfrigérateur est en panne… » Tu espères de tout cœur qu’il va te proposer de le réparer, que ce n’est pas grave et qu’il peut y faire quelque chose. Mais la réponse qu’il t’apporte est bien trop prévisible, et, malheureusement, ce n’est pas celle que tu espérais. « Oh c’est vrai ? Merde ! Je vais quitter tard ce soir en plus, alors appelles Matt. Il s’y connaîtra mieux que moi de toute façon. » Une grimace déforme ton visage, tandis que tu entends sa proposition. Tu aimerais essayer de le faire changer d’avis. Mais tu sais que ça serait mal perçu, et ce n’est pas que ce que tu souhaites. « D’accord, je vais faire ça. Bonne journée, à ce soir, je t’aime. » et tu raccroches.

Tu n’apprécies pas ton beau-frère, bien qu’au départ tu n’avais absolument rien contre lui. Mais il a cette manie de te rendre mal à l’aise avec ses insinuations et ses yeux doux… Tu ne supportes pas ça. Tu es la copine de son frère, et ce depuis cinq ans, alors pourquoi est-ce qu’il ne lâche toujours pas l’affaire ? Pourquoi est-ce qu’il s’inflige ça ? Il est marié, qui plus est. Bref. Son comportement te dégoûte, et rien que le fait de savoir qu’il va venir cet après-midi à la maison, et que vous ne serez que tous les deux… Ça t’en donne la nausée. Mais quand il faut, il faut, et rien qu’un regard vers ton réfrigérateur inerte te fait plier. Avec une profonde inspiration pour te donner du courage, tu composes le numéro de Matthew. La tronche qu’il va faire en voyant ton prénom et ta photo s’afficher sur son téléphone… Il ne met pas longtemps à décrocher, d’ailleurs. Il devait pas être trop occupé. « Salut Matthew, c’est Carrie. Excuse-moi de te déranger, mais notre réfrigérateur vient de tomber en rade. Est-ce que ça t’embêterait de venir y jeter un petit coup d’œil ? » Ta voix est hésitante, et manque cruellement d’assurance. C’est ça, maintenant, l’effet qu’il te fait. Il te fait perdre tous tes moyens. Et t’es persuadée que ça lui fait plaisir et qu’il s’en délecte. Comme tu t’y attends, il accepte, et te propose de passer chez toi dans une trentaine de minutes. Juste le temps pour lui, en fait, de quitter le boulot et de venir sonner à ta porte. Trente minutes. Tu acceptes, le remercies d’avance, et raccroches le téléphone, avant de le poser sur le comptoir de ta cuisine. Dans quoi tu t’es encore fourrée Carrie ? Inviter Matthew chez toi, c’est un peu comme inviter à entrer le loup dans la bergerie. Tu secoues la tête, remettant une mèche de tes cheveux derrière ton oreille en signe de nervosité. T’en serais presque à regretter ton choix de vouloir le réparer. Quitte à devoir se serrer la ceinture et manger des pâtes le reste du mois. Tu arpentes ta maison comme une âme en peine, t’arrêtant devant le tableau que tu es en train de réaliser. D’ailleurs, t’as encore ta salopette de travail, t’as les cheveux ébouriffés, et des traces de peinture un peu partout sur ton corps. T’es pas sous ton plus beau jour, mais tant pis. Peut-être qu’au moins cela aura l’effet de refréner ses ardeurs…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

mieux me connaître

Informations personnelles
Ce que j'ai sur moi:
Conséquences de mes actes:
infos de baseCélébrité : Andrew Lincoln Métier : Electricien
Messages : 325

MessageSujet: Re: stone cold. (matthew)   Ven 4 Nov - 0:46


A genoux devant la prise récalcitrante, Matt avait son tournevis en main pour la démonter et voir ce qui peut causer tant de souci à la vieille Madame Connely. Il faut dire que l'installation est assez ancienne, surement l'une des plus vieilles baraques de Blackwood. Un simple coup d'œil à la déco ultra kitch et ringarde suffit à se dire que cette vieille dame est restée coincé dans le style des années 60 voire 70 en fonction de la pièce que vous visitez. A l'époque, ça devait avoir son charme avec ses couleurs flashy et ses formes géométriques, sauf que ce n'est plus du tout au gout du jour. Matt ce félicite d'avoir du goût même s'il n'a rien d'un décorateur d'intérieur. Au moins son chez lui n'a pas une décoration aussi moche que celle-ci. Le plastique de la prise enfin démonté, il remarqua avec horreur l'état des fils. L'un d'eux étaient bien dénudés, c'était d'ailleurs étrange qu'il soit aussi abimé. Un peu plus et ça pourrait causer un court-circuit faire partir la maison en fumé. "Je peux vous arranger ça, mais ça sera temporaire. Le mieux serait de revoir votre installation électrique, c'est trop vétuste pour les normes actuelles. Je vous ferais un devis !" avait-il annoncé tout en réparant provisoirement la prise et en remettant le tout en place. L'intervention ne dura pas bien longtemps, mais s'il doit revenir pour tout changer, là ça sera différent, ça représente un chantier de plusieurs jours de travail.

Son téléphone se mit à vibrer dans la poche de son jean, laissant ses outils sur le sol, il libéra l'appareil, s'apprêtant à râler, car il n'aime pas être dérangé en plein boulot. Mais en voyant le nom s'affiche sur l'écran, toute envie de pester disparu en un clin d'œil. C'était tellement inattendu et surprenant, Carrie était en train de lui téléphoner. Un sourire ravis vint se dessiner sur son visage et il décrocha tout en disant un "Carrie ! Que puis-je faire pour toi ?" Assez rapidement, elle raconta la triste histoire de son frigo en train de rendre l'âme. Elle voulait donc son aide, espérant qu'il pourrait le réparer. Ce n'était pas gagné, il n'est pas réparateur, mais il est assez bon bricoleur, avec un peu de chance il va pouvoir rafistoler l'engin. "Je peux être là dans une trentaine de minutes. Je finis juste une réparation chez mon client et j'arrive." Après ça, il raccrocha tout en gardant un petit air vainqueur. C'est bien la première fois qu'elle lui téléphone, c'est à un jour à marquer d'une croix dans le calendrier pour ne pas l'oublier. Avant de quitter la vieille Connely, il lui expliqua ce qu'il avait fait et l'importance de revoir son réseau électrique si elle ne veut pas un jour qu'un court-circuit réduise tout en cendre.

Matthew arriva dans les temps, il avait son matériel avec lui et bien sûr était toujours en tenue de travail. C'est plutôt simple, il n'a pas d'uniforme à proprement parler comme certaine compagnie dans les grosses villes. Lui, il se contente d'un jean bleu de travail et d'un t-shirt assez banal, sans oublier des chaussures de sécurité ou des baskets en fonction de l'ampleur des travaux. Son poing vint frapper à la porte, trois coups distincts pour être sûr qu'elle entende. Un petit moment après, la porte s'ouvrit devant lui, laissant apparaitre la jolie Carrie. Son sourire se fit plus large et son petit regard charmeur s'afficha sans plus tarder. Il entra sans pour autant attendre qu'elle l'invite à le faire. Ce n'est pas la première fois qu'elle vient là. De plus, ce n'est pas en restant sur le pas de la porte que le frigo va se réparer... à moins que ce dernier possède des jambes pour venir à lui... "Qu'arrive-t-il à ton frigo ? Ça doit être assez important pour que tu m'appelles !" finit-il par souligner. Jusque-là, il sait qu'elle l'évite, mais là, elle se retrouve obligée de l'appeler à la rescousse. Tout ceci le rend joyeux. Dans la cuisine, il déposa sa caisse à outil et observa l'appareil débranché. "Est-ce qu'il a fait des bruits bizarres ? Ou un autre truc habituel ? Histoire que ça puisse me donner une idée du genre de panne que c'est," questionna-t-il pour en savoir un peu plus. Pour le moment, il était professionnel, au moins pendant dix minutes histoire de travailler sereinement tout en étant concentré. Après... rien ne dit qu'il ne va pas lui faire de nouveau du "rentre dedans".

_________________

Electric connections

Start up from a solitary planet; again but there's a language that I never spoke. And it's clogging up inside my throat. Electric connections, that were dormant now ingite. It's like another part of sight. A second eyelid that was closed before.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

mieux me connaître

Informations personnelles
Ce que j'ai sur moi:
Conséquences de mes actes:
infos de baseCélébrité : astrid berges-frisbey Métier : artiste peintre.
Messages : 336

MessageSujet: Re: stone cold. (matthew)   Ven 4 Nov - 17:44

Tu prends sur toi. Parce que franchement, cette situation t’embête. Tu poses ton regard sur ta toile, poussant un long soupire de désespoir. Pourquoi est-ce qu’il fallait que ça tombe sur toi ? Pourquoi est-ce qu’il a fallu que ton beau-frère pose les yeux sur toi ? Il a une femme belle et intelligente. Pourquoi avoir toujours l’envie d’aller voir ailleurs ? Cette situation te met mal à l’aise, tout bonnement parce que personne n’est au courant. Ni sa femme, ni ton conjoint. Si lui, ça l’amuse et qu’il en joue, toi, par contre, c’est une toute histoire. Tu ne peux en parler à personne, car avec le bouche à oreille, qui sait ce qui pourrait arriver aux oreilles des deux protagonistes. Quelque fois, t’aimerais en parler à sa femme. T’aimerais tout lui balancer. Lui dire que son mari est infidèle, qu’elle mérite bien mieux que lui, et qu’elle serait surtout surement plus heureuse sans lui. Mais tu peux pas. Tu veux pas être une source d’ennuis. Tu veux surtout pas être la cause de leur divorce. Alors t’attends, et t’espères qu’un jour elle s’en rendra compte d’elle-même. Si, déjà, elle ne s’en est pas déjà rendue compte et qu’elle fait comme si de rien était… Car après tout, c’est aussi une hypothèse.  T’aimerais en parler à Connor, ça te peine de devoir lui cacher quelque chose. Surtout que plus les années passent, et plus ce secret devient lourd à porter pour tes frêles épaules. Mais pareil, tu veux pas leur causer d’ennuis. Tu veux pas être la raison pour laquelle ils pourraient se brouiller et ne plus jamais se parler. Ils sont frères, ils sont très proches, alors de quel droit peux-tu les séparer ? La disparition de ta sœur t’a appris une chose : la famille, c’est primordial. Et il ne faut pas se brouiller avec. Surtout pas pour ça… Que Matthew te fasse les yeux doux si ça lui chante, après tout. Toi, tu sais à qui ton cœur appartient. Et il est hors de question qu’il y ait un moment d’égarement ou quelque chose de ce genre. Contrairement à certains, ce n’est pas dans ton tempérament.

On toque à ta porte. Prise dans tes pensées, tu as le réflexe de sursauter. Pas besoin de réfléchir trop longtemps sur qui ça peut bien être. Machinalement, y’a ton cœur qui tambourine dans ta poitrine, et tes mains qui deviennent moites. Tu as beau les essuyer contre ta salopette, rien à faire. L’anxiété t’envahit à mesure que tu descends les marches de ton loft. Tu reconnais à travers la vitre le visage de Matthew, et tu te forces à coller un sourire à peu près sincère sur tes lèvres vermeilles. Lentement, tu ouvres la porte, observant ton beau-frère tenant dans ses mains ses outils de travail. « Salut. Merci d’être venu, c’est vraiment sympa de ta part. » C’est vrai que c’est gentil à lui d’être venu aussi rapidement, ça tu ne peux pas le lui rapprocher. Te reculant de quelques pas, tu l’invites à entrer (même s’il a déjà pris les devants et t’as un peu forcé la main), avant de refermer la porte derrière lui. « Tu connais les lieux, je te laisse passer devant. » Et tu le suis jusque dans la cuisine. Tu ne fais pas attention au regard charmeur qu’il affiche depuis que vos regards se sont croisés. Après tout, à force, c’est devenu un peu une habitude. Tandis qu’il se dirige vers le réfrigérateur, tu l’observes de dos. Il est toujours habillé avec son bleu de travail, tout comme toi, en fait. Non, vraiment, c’est sympa de sa part de t’avoir accordé un peu de son temps précieux. « Qu'arrive-t-il à ton frigo ? Ça doit être assez important pour que tu m'appelles ! » Tu peux pas t’empêcher de rougir face à sa remarque. Oui, c’est vrai que tu ne l’appelles pas souvent. Jamais, même. Que pour certaines occasions, comme son anniversaire, ou encore quand tu as besoin de lui. Tu culpabilises d’ailleurs légèrement, d’ainsi profiter de lui. Mais tu chasses rapidement cette pensée, te disant qu’après tout c’est Connor qui t’a demandé de le faire, et que si Matthew n’avait pas un comportement aussi déplacé, et bien probablement que tu lui téléphonerais plus souvent. Tu préfères ne pas lui donner d’explications sur pourquoi lui et pas quelqu’un d’autre, tu ne voudrais pas qu’il sache que c’est Connor qui t’a dit de l’appeler. Même si peut-être qu’il s’en doute. Voyant que tu ne réponds pas tout de suite, ton beau-frère se tourne vers le réfrigérateur à son tour, et semble réfléchir à quel problème il peut bien s’agir. « Est-ce qu'il a fait des bruits bizarres ? Ou un autre truc inhabituel ? Histoire que ça puisse me donner une idée du genre de panne que c'est. » Tu te mords la lèvre inférieure, réfléchissant à quel mot employer pour lui répondre, en étant le plus précis possible. « Je sais pas, depuis ce matin il fait un bruit bizarre. Comme si c’était des râles d’agonie. Je pense que c’est le ventilateur qui fait ce bruit. Ou le circuit de refroidissement. Enfin en fait je sais pas, j’y connais rien. » que tu conclues par un haussement d’épaules. T’es une fille, et t’es pas bricoleuse pour un sou. T’évites de regarder Matthew trop longtemps, alternant entre lui et le réfrigérateur. « Attends je vais le rallumer pour que tu te fasses un avis. » que tu t’empresses d’ajouter avant de te pencher près du frigo pour le reconnecter à l’électricité. Doucement, tu te redresses, reculant de quelques pas tandis que le réfrigérateur redémarre et qu’il recommence à pousser ses râles d’agonie. « Alors, verdict ? C’est grave ? » T’es un peu inquiète, c’est vrai. Parce que t’y tiens, à ce vieux frigo, et ça t’ennuierais de devoir en racheter un autre. Alors, même si ça t’embête, tu fondes tous tes espoirs dans Matthew, espérant qu’il soit meilleur dans son rôle d'électricien/réparateur que dans celui de mari.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

mieux me connaître

Informations personnelles
Ce que j'ai sur moi:
Conséquences de mes actes:
infos de baseCélébrité : Andrew Lincoln Métier : Electricien
Messages : 325

MessageSujet: Re: stone cold. (matthew)   Mar 8 Nov - 0:25


Carrie le remercia d'être venu, intérieurement, il se demanda si elle ne regrettait pas déjà ses paroles. Il ne faut pas être devin pour savoir qu'elle ne l'apprécie pas plus que ça, du moins, surtout depuis qu'il tente de la mettre dans son lit. Elle refuse sans cesse ses avances, quelque part, il pourrait presque comprendre. Ça doit être pénible de voir son beau-frère tenter quelque chose alors qu'elle est en couple et que lui est marié à une femme des plus sympathique. Elle fuyait le regard de Matt, chose qu'il trouvait amusant et presque mignon. C'est vraiment malsain tout ça. Sauf qu'il s'en fiche ! Vivre sa vie à fond, c'est ce qu'il a décidé et il compte continuer de penser comme ça, sans pour autant imaginer les conséquences de ses actes. Sa vie, toutes ses idées, les perspectives de futur tout a changé le jour de cet accident. Les autres, ne doivent pas se rendre compte à quel point ça l'a traumatisé. Ceci lui a fait comprendre que la vie peut partir en moins d'un millième de seconde. Il suffit d'un stupide accident et votre vie vous échappe. Pourquoi, il a fait une dépression, pendant plusieurs mois, il a été très mal, il était au fond du trou, mais qui pourrait comprendre ce qu'il a vécu ? Personne ! Tant qu'on ne peut pas ressentir ce choc, c'est tout simplement impossible. Tout le monde perd des amis et de la famille, mais souvent ce n'est pas d'une manière aussi brutale. Ce n'est pas un énorme camion qui défonce une voiture et qui met le corps de votre meilleur ami en charpie. C'est impossible d'effacer ce genre d'image, ça reste gravé et ça vous fait faire d'horrible cauchemar.

En professionnel qu'il est, il se concentra tout de même sur le frigo, c'était la raison de sa venue après tout. La jeune femme expliqua les symptômes que le frigo avait eus et qui l'avait tant inquiété. Ce qu'elle venait de décrire semblait tout à fait ordinaire à tous ces engins qui tombent en panne. C'est toujours le même style de choses qui casse. Quoi que celui-là est assez ancien pour que ce ne soit pas une usure prématuré préalablement programmé par le constructeur. Aujourd'hui, si un frigo arrive à durer plus de deux ans, c'est un vrai miracle. Quand elle rebrancha l'appareil, ce dernier se remit à faire du bruit et en effet ceci n'avait rien de bien rassurant. L'électricien s'improvisant réparateur se pinça les lèvres tout en réfléchissant. Après une dizaine de secondes de réflexion, il débrancha le frigo et le tira loin du mur, non sans utiliser ses muscles pour avoir accès à la partie cachée où se trouve le moteur et tout le reste. "Je vais regarder de plus près !" Matthew se glissa derrière le frigo et commença à deviser des plaques pour observer clairement le moteur. C'était pas très joli à voir. A vu d'œil, il doit bien y avoir deux ou trois choses qui sont cassées. Ça a du être une belle réaction en chaîne."Bon... je ne peux pas te garantir de faire des miracles. Je crois que le moteur est presque mort et le compresseur à vachement forcé..." expliqua-t-il tout en ayant encore les mains dans la machinerie de l'appareil. "Je peux te faire une réparation, ça sera assez sommaire et j'ai aucune idée du temps que ça va durer... quelques semaines... plusieurs mois ! Tu vas devoir songer à faire les magasins pour le remplacer d'ici peu. Je peux juste retarder l'échéance." Le jeune homme sorti de derrière le frigo en attendant de voir ce que va décider Carrie. Il peut la sauver, mais ça ne va pas durer très longtemps. Et ceci va lui demander sûrement plusieurs heures de travail. Oh, ça ne le dérange pas, les réparations sur de vieux appareil il aime bien, ça l'occupe et ça le change de l'électricité.

Le temps qu'elle lui réponde, il avait pris un verre en train de sécher sur le bord de l'évier pour le remplir d'eau et boire un coup. Cela faisait quelques heures qu'il n'avait pas bu et il commençait sérieusement à avoir soif. Après ça, il nettoya le verre d'eau et le remis à sécher. Son regard s'attarda sur la jeune femme qui était en pleine réflexion. On peut dire que son frère à vraiment bon goût, Carrie est une femme magnifique. Certes, elle est différente de sa femme, c'est peut-être parce qu'elle est plus jeune que ça l'attire ? Ou bien est-ce le côté interdit qui lui donne envie de jouer avec le feu. Après tout, c'est la copine de son petit frère, il ne serait sûrement pas content d'apprendre que Matt s'intéresse un peu trop à elle. L'idée l'amusa un instant, mais il chassa tout ceci très vite avant de voir sa conscience revenir au galop pour lui mettre des coups de pieds aux fesses. "Si je dois le réparer, je vais devoir acheter deux ou trois trucs. J'ai pas ce qu'il faut avec moi pour le faire. La quincaillerie est encore ouverte, tu veux bien m'accompagner ? Je vais avoir besoin d'une paire de bras supplémentaire !" Oui, ce n'est qu'un prétexte pour passer du temps avec elle. Mais où est le mal ? Au pire, les gens verront juste que son gentil beau-frère l'aider à acheter des bricoles !

_________________

Electric connections

Start up from a solitary planet; again but there's a language that I never spoke. And it's clogging up inside my throat. Electric connections, that were dormant now ingite. It's like another part of sight. A second eyelid that was closed before.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

mieux me connaître

Informations personnelles
Ce que j'ai sur moi:
Conséquences de mes actes:
infos de baseCélébrité : astrid berges-frisbey Métier : artiste peintre.
Messages : 336

MessageSujet: Re: stone cold. (matthew)   Sam 19 Nov - 19:15

Tu mets pas longtemps à attendre sa répondre, car à peine as-tu énuméré les symptômes qu’il te lance « Je vais regarder de plus près ! » tout en s’avançant vers le frigo. T’hésites à lui proposer ton aide pour le déplacer, et pour qu’il puisse regarder derrière. Mais à peine as-tu pensé à cette idée qu’il se baisse et qu’à lui seul il le tire du mur. T’arques un sourcil, surprise par la force qu’il a dû employer. Il n’a même pas bronché… T’es impressionnée, mais tu te gardes bien de le lui dire. Parce qu’avec Matthew, forcément qu’il ne le prendrait pas dans le sens voulu et qu’il penserait autre chose. Pour le moment, malgré ses regards appuyés, il tient son rôle de réparateur à la perfection, et n’a encore commis aucun impair grossier. Mais pour combien de temps ? Pour le moment tu t’en satisfais, et préfères te taire plutôt que de risquer de tout gâcher pour une innocente remarque. Tu t’avances de quelques pas, te penchant légèrement sur le côté pour tenter de voir ce qu’il trifouille. Sans succès. Tu observes ses mimiques, tentant de percer à jour ses pensées avant qu’il ne te donne son verdict. Tu peux pas t’empêcher de pousser un long soupir de dépit lorsqu’il finit par donner son avis. Alors comme ça, son frigo est en soins palliatifs. Voué à une mort certaine, à plus ou moins long terme. Tu pinces tes lèvres et regardes par la fenêtre de la cuisine, tandis que tu réfléchis à la marche à suivre. Tu ne sais pas trop quoi faire. Ou plutôt si, mais tu crains des conséquences de ta décision. T’aimerais qu’il le répare. Coûte que coûte. Le temps au moins que tu en parles avec Connor et que vous commenciez à mettre de l’argent de côté. Mais en même temps, cela va vouloir dire que Matthew va devoir réparer. Qu’au-delà du fait qu’il va rester plusieurs heures chez toi, il va aussi devoir prendre de son temps personnel. T’aimerais pas avoir à l’embêter avec tes problèmes, mais l’argent ne tombe pas du ciel, et si tu devais faire appel à un autre réparateur pour au final que le frigo lâche dans une semaine… Ça serait perdre deux fois de l’argent. Et ça tu ne peux malheureusement pas te le permettre. Tes toiles tardent à venir depuis la disparition de ta sœur, l’inspiration te fuit, et sans cette seule source de revenues, tu ne peux compter que sur tes économies… Et sur Connor, qui utilise une bonne partie de son salaire dans les jeux d’argent. Tu pousses à nouveau un soupir, tandis que ta décision est prise. As-tu seulement le choix ? « Et bien je suppose que j’ai trouvé mon futur cadeau de Noël… » que tu conclues avec découragement.

Après avoir fait son diagnostic, Matthew se relève et se dirige vers l’évier, d’où il se sert un verre d’eau. Tu pourrais être outrée par son audace et son manque de savoir-vivre chez autrui, mais il n’en est rien. Pour le moment tu es bien trop reconnaissante pour remarquer cette audace. « Excuse-moi, je ne t’ai rien proposé à boire. Tu veux un café, un thé, ou le verre d’eau t’a suffit ? » Tu t’en veux d’être une si piètre hôte. Déjà tu l’appelles et le déranges alors qu’il travaille, et après tu manques de générosité. Tu l’écoutes ensuite te proposer d’aller à la quincaillerie du coin. Une manière peut-être détournée de passer du temps avec toi, mais en même temps nécessaire s’il veut réparer le frigo. Tu ne peux pas refuser, bien évidemment. Il est si gentil depuis qu’il a accepté de venir chez toi, ça en serait déplacé d'agir autrement… « D’accord, avec plaisir ! C’est tellement gentil à toi de m’aider que je ne peux rien te refuser !  » que tu accordes avec un sourire franc. Tu te diriges à sa suite vers la porte d’entrée, d’où tu attrapes ton manteau. Tu mets rapidement tes chaussures, ne pouvant réprouver une certaine grimace devant le miroir de l’entrée. T’es habillée un peu n’importe comment, en mode travailleuse. Mais bon, ce n’est que pour aller à la quincaillerie, alors tu le fondras dans le décor avec tout l’attirail pour le bricolage. Tu refermes derrière vous à clé, et rentres dans la voiture de Matthew. « Tu as changé de voiture ? » Tu ne reconnais pas celle-là. Mais elle est confortable. Ça te fait penser qu’un jour, quand t’auras les moyens, faudra aussi que tu changes la tienne qui tombe en ruines.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

mieux me connaître

Informations personnelles
Ce que j'ai sur moi:
Conséquences de mes actes:
infos de baseCélébrité : Andrew Lincoln Métier : Electricien
Messages : 325

MessageSujet: Re: stone cold. (matthew)   Mar 29 Nov - 23:28


Sans être un spécialiste des frigo, il n'était tout de même pas bien compliqué de voir que ce vieux tas de ferrailles était sur le point de mourir. A croire qu'il a fait son temps, vu l'engin, il doit dater de la décennie d'avant ou peut-être même un peu plus ancien. Il n'y a pas à dire ce qu'on fabriquait avant c'était du solide. Pas comme ses merdes qu'on nous vend maintenant et qui au bout de deux ans, juste après un ou deux mois de garantie terminé finisse par mourir d'usure. Foutu société de consommation ! Malgré le sale état de la bête, il peut parvenir à la trafiquer un peu pour lui donner un petit sursis, pas grand chose, mais ça peut toujours aider à mettre de l'argent de côté et de prendre le temps de bien choisir le futur remplaçant. Bien sûr, c'était à la demoiselle de choisir. Matt peut très bien laisser ça comme ça si elle décide que ce n'est pas nécessaire d'y mettre de l'énergie pour rien. Vu ce qu'elle avait dit, il allait en effet devoir faire des réparations provisoires jusqu'à ce que Noël arrive avant son joli réfrigérateur tout neuf. C'est sûr qu'il y a mieux comme cadeau, mais quand on a besoin de quelque chose qu'on peut dire vitale dans cette société, impossible de passer outre.

Matthew s'était servi un petit verre d'eau en attendant qu'elle prenne une décision plus officielle. C'est là qu'elle se rendit compte qu'elle n'avait rien proposé à boire, mais il n'y avait vraiment pas de mal. "Non, je te remercie, ce verre d'eau me suffit. J'aurais dû te demander, mais bon, j'ai tellement l'habitude de venir ici... excuse moi !" Ce n'est pas rare qu'il vienne voir son frère et qu'il fasse comme chez lui, c'est d'ailleurs valable pour son frère quand il vient le voir. Malgré tout, il s'excusa pour s'être permis de se servir sans pour autant demander, c'est vrai que ça ne se fait pas en général. Pas le temps de s'attarder sur des excuses qui le font passer tout de même pour un type sympa, car c'était le but de la manœuvre. Ben quoi ? Si ça peut l'aider à se faire bien voir, pourquoi hésiter. A présent, il était temps de partir pour la quincaillerie afin d'acheter les quelques pièces manquantes qui serviront à réparer le vieux frigo. L'électricien ne manqua pas de demander à la jolie Carrie de l'accompagner pour lui donner un petit coup de main. Là encore, c'était un moyen de passer du temps avec elle, mais qu'est-ce qu'elle peut dire ? Refuser ? Cela serait assez mal vu étant donné qu'elle lui a demandé de l'aide. La jeune femme, alla se préparer, pendant qu'il sortait dehors le temps qu'elle ferme la maison. Une fois dans le véhicule, elle fit une remarque amusante. En fait, c'est normal qu'elle pense que ce soit une nouvelle voiture. Étant donné que c'est son véhicule professionnel, il ne s'en sert que quand il travaille, du coup, elle ne l'a jamais vu venir ici avec quand c'est pour venir dîner ou prendre l'apéro. "J'aimerais bien avoir changé, mais non. C'est juste ma voiture pour le boulot. Quand on passe le week-end, on prend l'autre voiture, c'est pour ça !" Les explications étaient simples, de toute manière, ce n'est pas la peine d'élaborer un théorème pour répondre à cette question.

La radio ce mit automatiquement en route dès qu'il démarra le moteur. C'était la station locale, c'était l'heure des cinq minutes d'informations, parlant des nouvelles disparitions. Encore une sale histoire qui finira par faire passer cette ville pour un lieu rempli de fous ! En même pas dix minutes, le duo incroyable se retrouva sur le parking de la quincaillerie. L'instant d'après, ils étaient dans la magasin, Matt en tête, à fouiller dans les rayons pour trouver les pièces dont il avait besoin. "Tu as fait de nouvelles toiles dernièrement ?" demanda-t-il tout en jetant un lot de vis dans son panier. Il fallait bien qu'il s'intéresse un peu à elle. Sauf qu'il n'avait pas l'intention d'être lourd. Vous savez, les clins d'œils, les regards qui en disent long, ça ne marche pas toujours. Alors, parfois, la conversation est plus utile et ça permet d'apprendre à se connaître. Qui sait, elle finira peut-être par le trouver sympa. "T'as jamais pensé à faire une expo en ville où même hors de la ville ? Ça pourrait être sympa, non ?" Ce que les autres ignorent, c'est que Matt n'est pas insensible à l'art. Certes, il n'est pas capable de dessiner, ceci serait aussi médiocre qu'une œuvre réalisée par un enfant de maternel. Mais il a son côté créatif, c'est l'écriture son truc, ce qui ne l'empêche pas d'aimer la peinture. Ce qu'il y a de bien dans les tableaux, c'est que certains parviennent à transmettre des émotions très fortes. Dans le meilleur des cas, ça parvient même à lui donner des milliers d'idées pour des histoires. Peut être qu'un jour, l'une des toiles de Carrie lui donnera l'inspiration pour écrire une histoire merveilleuse.

Ayant trouvé tout ce qu'il lui faut, il se dirigea vers la caisse avec sa comparse du moment, pour aller payer et repartir réparer ce vilain frigo en panne.

_________________

Electric connections

Start up from a solitary planet; again but there's a language that I never spoke. And it's clogging up inside my throat. Electric connections, that were dormant now ingite. It's like another part of sight. A second eyelid that was closed before.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

mieux me connaître
infos de base

MessageSujet: Re: stone cold. (matthew)   

Revenir en haut Aller en bas
 

stone cold. (matthew)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Cody Rhodes Vs Mark Henry Vs Stone Cold Steve Austin
» Stone Cold Vs Goldberg
» Orton & Pretty Vs Austin & Cena
» Debat: Qui est le GM de Raw

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
υɴтιl dαwɴ™ ↠ cнαpιтre 1 :: Ville de Blackwood Mountains :: Domiciles-